Tribulations à Cloche-Neige

Pour connaître les difficultés locales et en sourire ...

5 narrations :  2019 - 2018 - 2014 - 2013 et 2012

 

Tribulations 2019 à Cloche-Neige :        Les poubelles du LIORAN

Quand les années se suivent et parfois se ressemblent :

Si nous avons connu quelques difficultés

Pour le passage piétons accès handicapés,

Ou le chemin de bois près de notre chapelle

Qui se dégrade encore un peu plus chaque année…

Le joli balisage de notre accès pompiers …

En 2019 il faut nous occuper d’un problème épineux :

Il s’agit avant tout de l’image d’accueil

Qu’on découvre au Lioran, notre jolie station ;

C’est vrai que nous aimons notre belle station

Et sommes désolés quand on peut admirer

Dès l’entrée du P 1  … des décors très spéciaux :

Ce n’est pas la sculpture ni de l’art éphémère

Car ils sont recréés et ce, chaque semaine !

Je veux parler bien sûr des montagnes d’ordures

Qui s’entassent autour de tous les collecteurs

Qui ont été plantés dans différents quartiers.

Deux causes sont connues pour ces débordements :

Le nombre de présents qui augmente aux vacances

Surtout quand il fait beau comme en ce bon moment !

Ce qui fait exploser le volume d’ordures ;

Et l’incivilité de quelques « délinquants »

Qui ne respectent rien, surtout pas les consignes

Du tri dit-sélectif auquel on les invite.

Les conséquences sont plus graves qu’on ne pense :

-Une impression première qui va faire du tort

A l’image de marque de notre chère station,

Ce qui nuira bien sûr à sa réputation !

-Et il y a aussi des résultats concrets :

Ceux qui vont se traduire par une augmentation,

Des taxes pour ordures sur les impôts fonciers !

Et comme d’habitude, on va pénaliser

Tous les contribuables à cause d’une minorité

Qui ne respecte rien, ni les gens, ni les choses !

Nous sommes quelques-uns à vouloir réagir

Nous avons observé et pris quelques photos

Pour étayer nos dires, et après réflexions

Nous avons suggéré différentes actions !

D’abord une campagne de communication

Pour informer les gens sur la nécessité

De trier les ordures avec motivation !

Même si au Lioran tous les propriétaires

Ont une résidence de type secondaire,

Par les moyens modernes on peut les informer

Sans que ça coûte « un sou » aux collectivités !

Les producteurs d’ordures sont aussi les commerces :

Restaurants, bars, cafés, et les épiceries

Sans oublier marchands et les loueurs de skis !

Chaque utilisateur doit être concerné                            

Par le tri des ordures sinon … ON VA PAYER !

La taxe des O.M. a été augmentée

En 2018 …  De 31 % !!!

A cause des amendes dûes aux refus de tri,

En 2019, elle va augmenter !

Si on veut arrêter de « se faire taxer »

Il faut faire des efforts et bien persévérer.

Comme tous les villages, la station est pourvue  

De nombreux conteneurs, tous semi-enterrés,

A cause de la neige qui vient tout compliquer.

La neige c’est l’or blanc de ce département

Qui mérite un effort car elle fait de l’argent,

Fait vivre des familles, loueurs ou commerçants.

Et il faut tenir compte de la difficulté

Vécue par les touristes quand le sol est glacé.

Si dans les autres bourgs, on peut bien demander

A tous les habitants de faire un effort

D’apporter les ordures à un point de collecte,

C’est vraiment difficile d’en exiger autant

Des touristes qui séjournent pour 8 jours au Lioran !

Et certains sont venus par le train au Lioran !

Photos de Conteneurs enfouis sous la neige

Il est donc légitime de faire la demande

D’équiper la station d’un nombre suffisant

De collecteurs d’ordures répartis au Lioran

Dans les nombreux quartiers ou bien lotissements.

Et ce, en quantité suffisante adaptée

Au nombre de logements, commerces et restaurants

Situés tout autour de ces points de collecte.

Lorsque l’on réfléchit, on comprend assez vite

Qu’on ne peut appliquer la règlementation

D’un village Cantalou à la vie en station !

Et si notre station bénéficie ainsi

D’avantages certains par rapport aux villages,

Nous sommes, en retour, tenus de respecter

Toute utilisation des collecteurs d’Ordures

Ménagères, verres, emballages ou papiers.

Enfin pour terminer, on ne peut ignorer,

Que le travail des employés est souvent compliqué

Par les automobiles qui sont mal stationnées :

Elles gênent les actions de la grue des camions

Qui doivent manœuvrer pour pouvoir travailler.

Comment est-il possible d’améliorer cela ?

La collectivité n’avait pas dans ses soutes

Un modeste panneau « stationnement interdit ».

Grâce au « vide -grenier » de notre tour Sumène

Un pinceau, la peinture et bonne volonté,

Nous avons fabriqué un accessoire maison :

Il a facilité l’accès des gros camions

Et depuis plusieurs jours protège les poubelles

Qui peuvent être vidées ainsi chaque matin !

Il faut que vous sachiez que dans ces collecteurs

On a trouvé « des choses » qui prouvent le mépris

De quelques citoyens qui se moquent du tri !

Dans certains collecteurs on a trouvé ainsi :

Des parasols HEINEKEN ; Un vieil écran d’ordinateur ancien modèle, Des poteaux en bois,

Des morceaux de balustrade de balcon en bois, Des gravats divers, Un rouleau de moquette usagée,

Un pneu,  Une vieille télévision, Du placoplâtre, etc, etc, etc,

Des plats inox venant d’un restaurant (bain-marie) et remplis de spaghettis …

Et beaucoup de cartons qu’on pourrait recycler

Si on les apportait à la déchetterie.

C’est un effort à faire quand on fait des travaux

Car la déchetterie rapporte des euros

Grâce au bon recyclage de tous nos « encombrants » !

Les incivilités se payent en euros.

Si le tri est mal fait, les déchets sont enfouis

Et cela va coûter une pénalité :

217 euros la tonne … Facture à payer !

Donc il faut augmenter la taxe des O.M.

Pour boucler le budget des collectivités.

Si le tri est correct, on revend les déchets

Qui seront recyclés grâce aux déchetteries !

Moralité : « Triez donc, prenez de la peine,

C’est le fonds qui manque le moins »     Cf  : Le laboureur et ses enfants de Jean de La Fontaine

 


Septembre  2018 : histoire en couleurs ...

Img 1105

Si devant la Sumène des damiers vous intriguent

Ils sont le résultat d’une grande fatigue …

Depuis plusieurs années on attend décision

Des pouvoirs collectifs pour matérialiser

Et baliser au sol toute l’interdiction

De stationner devant l’accès « camions-pompiers »

Qui protège la Tour l’hiver comme l’été !

C’est toujours impossible pour la même raison :

Cela coûte des sous …période restrictions !

Que ce soit la commune ou le département

Les budgets sont toujours très-très insuffisants.

Si vous voulez connaitre l’historique des faits

Prenez le temps de lire ce petit résumé,

Qui vous raconte qu’on … a choisi d’en sourire

En déployant ainsi un damier de couleurs.

Même si au Lioran il y a peu de monde,

Que les touristes sont de moins en moins nombreux

A venir séjourner quand le ciel est très bleu,

Il y a cependant quelques événements

Que je vais vous narrer sous forme humoristique

Mais je n’invente rien, c’est le plus amusant …

Depuis plusieurs années, très régulièrement,

J’ai écrit aux autorités de ce département

Pour bien les informer sur les difficultés

Qui compliquent la vie de tous les usagers

En période d’hiver, pour le stationnement

Et la circulation des nombreux véhicules :

Bagages à décharger pour tous les vacanciers,

Qui viennent à Sumène et aussi au Lioran ;

Skieurs à déposer pour les autres voitures,

Sans oublier l’accès pour les handicapés

Qui doivent tous pouvoir accéder facilement

A la prairie des Sagnes et chez les commerçants.

Et tout cela bien sûr en protégeant toujours

L’accès des véhicules « incendie et secours »

A notre tour Sumène, de nuit comme de jour…

Ces demandes sont toujours restées «des lettres mortes »

Les collectivités n’ont jamais le budget

Que ce soit la commune ou le département

Pour financer l’achat de signalisations

Routières en panneaux ou par marquage au sol

Pour bien organiser cette circulation

De tous les véhicules qui viennent en station !

Les Suméniens conscients de ces difficultés

Depuis presque 10 ans participent activement

En ayant financé de nombreux accessoires

Qui ont comme avantage de bien organiser

Les places de parking au pied de la Sumène

Sur un terrain public : c’est au département.

  1. Balisage initial de l’accès pompiers à sumène :

La solution choisie par le département :

les pierres volcaniques étaient dissimulées

Par la couche de neige et provoquaient aussi

De la tôle froissée et des contrariétés,

Car invisibles aussi pour le déneigement !

Nous avons acheté TROIS champignons en bois,

Hauteur 1 mètre 50, qui protègent vraiment

L’accès pompiers l’hiver quand la neige est épaisse,

Ce qui permet toujours un bon déneigement

Et qui évite ainsi bien des désagréments.

Coût de cette dépense : 600 €

Pour obtenir la pose de deux panneaux sur pied

Format règlementaire « stationnement interdit »

Il a fallu mendier pendant presque 5 ans !

Or ces panneaux visibles sont parfois ignorés

Par quelques conducteurs pressés de se garer

Et il est arrivé que l’accès des pompiers

Soit bloqué plusieurs jours par ces « mauvais sujets ».

De mon studio sumène, poste d’observation

Au fil de ces 10 ans j’ai acquis l’expérience ;

Sumène a complété la signalisation

En faisant fabriquer des pancartes en couleurs

Donnant très clairement plusieurs informations

Sur les choses permises et les interdictions.

Coût de ces 10 pancartes : environ 1.000 euros !

  1. Organisation du parking et de la circulation au pied de Sumène

Sur le petit parking au pied de la Sumène,

Terrain qui appartient à ce département,

On pouvait voir garer 10 autos maximum

Donc des places gâchées car jamais accessibles !

Les conducteurs risquaient de se faire bloquer

Par ceux qui se garaient le long de la chaussée

Et condamnaient l’accès à la 2ème ligne,

Nous avons acheté de la peinture blanche

Pour matérialiser 18 places parking.

Les automobilistes ont très vite compris

De cette initiative la grande utilité,

Et depuis 2012 ces places de parking

Sont vraiment respectées et rentabilisées.

Les pancartes maison, bien que non officielles,

Montrent l’utilité de ces informations.

La commune a fourni une barrière en bois

Qui porte la pancarte d’accès à ce parking.

  1. Balisage 2018 de l’accès pompiers à Sumène

L’expérience annuelle a enfin démontré

Qu’il était nécessaire de protéger encore

L’accès pompiers Sumène qui était quelquefois

Bloqué par des autos garées sur la chaussée ;

Les conducteurs disaient que les indications

N’étaient pas assez claires et que sur la chaussée

Ils gênaient pas vraiment l’accès pour les pompiers.

Eté  2017 – été 2018 :

Nous avons demandé d’abord à la commune,

Et au département, et à la préfecture,

De matérialiser au sol par des peintures,

Cet arrêt interdit devant l’accès pompiers.

Pas de réponse écrite, même de courtoisie.

Seule action positive : hiver 2017

A force d’insistance et de preuves concrètes

La mairie a prêté les deux barrières en bois

Pour faire un « couloir » d’accès pour les pompiers

A partir de la rue du téton de Vénus.

Devant la persistance des incivilités,

Sumène a décidé de prendre à sa charge

L’achat de la peinture pour faire des zébras

Sur la partie de route face à l’accès pompiers.

Demande adressée dès le début juillet

A mairie, préfecture, département, pompiers.

Réponse enfin écrite à la fin du mois d’août.

Mais surprise de taille : nous avions proposé de

De faire un zébra sur la partie chaussée

C’est-à-dire de peindre dix-huit mètres carrés.

La préfecture exige que la surface à peindre

Parte de la chaussée jusqu’au pied de la tour

Total de la surface : 200 mètres carrés

Dépense de peinture multipliée par 10 !

J’ai 70 ans, des principes qui datent ..

Pour moi quand on commande, on paye la facture…

La préfecture demande également

Que l’on dessine au sol un panneau rouge et bleu

Pour les « stationnement et arrêt interdits » ,

Et qui fait le travail ? avec quels instruments ?

Le gardien de Sumène… et moi-même !

Nous avons des pinceaux,  des rouleaux, la santé.

Deux pots de peinture jaune … pour 20 mètres carrés.

Afin de faire preuve de bonne volonté,

Et satisfaire au mieux les souhaits du préfet,

Nous avons peint zébras le long de la chaussée,

Deux lignes parallèles et le long de l’accès

Jusqu’à la tour sumène au pied de l’escalier.

Le goudron du parking est en mauvais état

Et nous fait consommer les deux pots de peinture.

Pensant faire pour le mieux, j’ai réquisitionné

Tous les pots de peinture d’la copropriété.

Avec ces nombreux pots de toutes les couleurs,

Seule solution possible : dessiner un damier !

Le résultat est là : la peinture est visible,

L’attention des chauffeurs sera bien attirée

Par toutes ces couleurs ! Ils seront incités

A regarder de près les recommandations

Et les interdictions pour le stationnement !

C’est le but recherché : laisser l’accès pompiers

Libre pour les secours et les interventions

Des services incendie, celui des ambulances

Appelées à sumène, souvent en pleine nuit.

La résidence comprend près de 200 studios,

Et cela représente en vacances de neige,

Et chaque samedi un beau chassé-croisé

Des vacanciers nombreux qui viennent pour skier.

ça fait une moyenne de véhicules chargés

Avec valises et skis + les équipements !

Plus de 100 le matin pour des fins de séjour,

Et 100 l’après-midi : des nouveaux arrivants !

Ces volumes importants nous ont ainsi conduits

Nous avons dessiné  des flèches qui indiquent

Sens de circulation pour les arrêts minutes,

Indispensables pour permettre aux usagers

De charger-décharger leurs valises vacances,

En toute sécurité et ce, sans encombrer,

La chaussée de la rue du téton de Vénus.

Après déchargement, le conducteur s’en va

Tranquille se garer plus loin sur les parkings.

Quant à celui qui charge il n’a qu’un seul souhait :

Repartir au plus vite, vacances terminées !

Conclusion :

Depuis près de 10 ans Sumène participe

Et ce, activement à l’amélioration

Des conditions d’accueil de tous les usagers.

La copropriété a fait de gros efforts

Pour pallier les difficultés récurrentes

Des collectivités … Mais il ne faudrait pas

Considérer ce geste de soutien pour un dû,

Et en déduire ainsi que nous devons nous substituer

Aux collectivités locales ou départementales.

Il ne faut pas oublier que tous les résidents

Participent déjà, et assez largement,

Aux budgets des communes et du département

En payant des impôts locaux que l’on peut estimer

Largement supérieurs à un million d’euros !

En voici le calcul :

Plus de 1.000  studios avec un minimum

de 700 € d’impôts locaux

On arrive déjà à 700.000 €

Augmentez cette somme à cause des chalets

Et des appartements à plus grande surface ;

N’oubliez surtout pas les différentes taxes

Qui ont changé de nom mais existent toujours !

Taxe professionnelle ou bien d’équipement

Et taxes de séjour... la preuve est ainsi faite…

Afin de terminer sur idée positive :

Ce damier de couleurs pourra toujours servir            

Comme jeu de marelle, gratuit pour les enfants,

Qui, dans cette station n’ont aucun jeu gratuit

et peu de jeux payants…


Le bilan des difficultés locales en Janvier 2015

Ce site a quatre ans et, depuis le début,

Je vous tiens au courant de nos satisfactions

Devant la mise en place des grands équipements ;

Mais je vous dis aussi toutes les difficultés

Pour obtenir un jour des améliorations

Sur le plan logistique : accueil, circulation !

La station du Lioran vient de s’améliorer

Pour offrir aux skieurs un accueil formidable !

Que l’équipe aux commandes soit ici remerciée

Du travail accompli ces dernières années !

Si du côté des pistes, cela vaut cinq étoiles,

Côté circulation ou bien stationnement

Toujours la même chose depuis près de quinze ans …

Les copropriétés, ensemble, ont travaillé

Pour lister les problèmes vus par les usagers,

Et proposer aussi des solutions pratiques,

En précisant l’urgence et leurs difficultés

De réalisation : financière et technique.

En mai 2014, nous avons adressé

Un dossier très complet à tous les responsables :

Département, mairie, président syndicat.

Un semestre est passé, peu de choses ont changé !

Ce dossier, fort courtois, a-t-il été ouvert ?

Nous n’avons jamais eu l’honneur d’une réponse !!!!

Ce souhait de réponse est-il exagéré ?

Pourtant dès 2012 il y eut pétition

Pour pouvoir attirer l’attention des élus

Sur les difficultés au sein de la station.

Pas la moindre réponse : technique de l’édredon …

De tous les responsables, à tous les échelons !

A force de relances, il y a décision

De créer « commission de coordination ».

Beaucoup de bruit pour rien ! Aucune décision

Concrète ou  en projet n’est sortie du cocon !

Devant tant d’inertie, j’ai décidé d’agir

Et de me présenter en tant que conseiller

Pour l’élection de la … municipalité !

Naïve, je pensais, qu’au sein de la mairie,

Je pourrais être active et participerais

Aux réunions diverses traitant de ce sujet.

Après neuf mois d’efforts, de vaines tentatives,

Suggestions de pancartes ou bien propositions,

Je ne peux que déduire, qu’un ancien du Lioran

Avait cent fois raison quand il disait : ici,

« ne rien faire de nouveau et ne rien laisser faire »

Est bien leur solution …..

 

Un exemple concret illustre ce dicton :

Le maire a un adjoint en charge du Lioran.

On a même créé un « groupe de travail »

Pour traiter les problèmes de la belle station,

Et si possible, aussi, trouver des solutions.

J’étais enthousiasmée ! Car on pourrait peut être,

Faire avancer les choses ou au moins essayer …

Las … quelle déception…!

Quand on est confronté à la réalité ….

Ce groupe de conseillers a été réuni

Une fois en neuf mois ! A quoi a-t-il servi ?

Décisions ou projets : il n’est pas informé !

Il n’est pas consulté même pour un avis !

Ce groupe est donc aussi un écran de fumée

Pour cacher l’inertie de nos autorités !

Faites des commissions, ça calme les esprits !

Pauvre France, où vas-tu ?

Qui ne progresse pas … finit par disparaître ….

Quand on a compris ça, que peut-on en déduire ?

C’est triste à en pleurer, je préfère en sourire ;

La devise locale pourrait ainsi traduire

La force d’inertie qui semble les conduire :

« ne rien voir, rien entendre et surtout, ne rien dire ».

Mais ce n’est pas ainsi qu’on pourra progresser.

La conclusion est simple : en l’an 2015

A quoi sert la mairie dans un petit village ?

Ses moyens sont petits, pourtant on lui demande

Des compétences en tout : règlements et finances,

Gestion du personnel, maîtrise des techniques,

Du matériel nouveau et de l’informatique !

En l’an 2015, disponibilité,

Très bonne volonté et travail acharné

Ne sont pas suffisants pour faire progresser

Les petites communes aux moyens limités !

Faut vivre avec son siècle et mutualiser

Les moyens financiers, techniques et humains

Des petites communes. C’est déjà commencé !

Ce siècle a quinze ans : Euro remplace Franc !

Déjà communautés prennent beaucoup de place.

N’ayons pas peur d’agir et d’unir les moyens

Des petites communes pour préparer demain.

C’est la seule façon de choisir son destin.

___________________________________________________________________________________________________________________

Tribulations à Cloche Neige

Il était une fois des « citoyens normaux »

Qui croyaient qu’au Lioran on pouvait espérer,

Avec persévérance et bonne volonté,

Faire avancer les choses pour la communauté !

 

Je voudrais rappeler que c’est grâce aux skieurs,

Aux sportifs montagnards, aux vacanciers d’été,

Que notre économie trouvera son bonheur,

Offrant emplois locaux pour tous les saisonniers,

Et clients aux commerces jusque dans les vallées.

 

Il faut penser aussi aux 900 proprios,

Qui investirent ici quelques millions d’euros,

Pour acheter, construire et souvent rénover,

Tous les appartements loués aux vacanciers !

N'ayant pas d’autre choix, ils payent sans broncher

Ces chers impôts locaux permettant cependant

De bien belles recettes pour le département !

 

Cette manne d’or blanc doit être conservée ;

Et c’est bien dans ce but que le département

Investit des millions pour le Super Lioran !

La neige, même en canon, seule ne suffit pas !

Les Français d’aujourd’hui ont quelques exigences

Quant aux infrastructures et aux commodités

Que nous pouvons offrir aux heureux vacanciers !

 

Je vais vous raconter quelques péripéties,

Pour que vous compreniez qu’à l’heure d’aujourd’hui,

Il devient difficile de faire progresser

Les conditions d’accueil de nos chers vacanciers.

Pourtant bien à l'abri, ce fleuron du Cantal

Tout enneigé ou bien décoré de pétales

Pâtit aussi des affres de la bureaucratie !

Et n'est pas à l'abri des pires inepties !

 

Des exemples mineurs mais significatifs,

Sur les difficultés que l’on peut rencontrer

Même pour des actions à très faible budget !

 

1°- L’entretien du chemin de bois

Grâce à la subvention des fonds européens,

On a pu nous construire un très joli chemin,

Qui permet aux familles de belles promenades

A côté d’un ruisseau, au cœur d'une forêt.

Aux jambes jeunes et vieilles il est bien adapté

Et d'ailleurs apprécié, l’hiver comme l’été !

Or, pendant deux années il a été fermé

En raison de travaux. Motif : sécurité !

Ces travaux, cet été, étaient tous terminés.

Les vacanciers, ravis, pouvaient se balader.

Les végétaux d’été se sont développés,

Sous les pluies de juillet ils ont proliféré,

Et pour s'y balader c'était croquignolet

Car de longues orties caressaient les mollets

Aussi bien des enfants que des adultes en short

Qui tentaient, mais en vain, d’éviter l’urticaire !

Dès le 4 septembre, j’adresse un courrier

A tous les responsables pour signaler les faits.

Un coup de rotofil aurait, bien sur, suffi

A dégager la piste et couper les orties !

Les services techniques disposent des outils

Découpant les orties en petits confettis !

Ma lettre n’a pas eu l’honneur d’une réponse,

A croire que personne ne se soucie des ronces !

Néanmoins solution a bien été trouvée

Dont je vous donne en mille l'originalité....

Devant le grand péril de mollets enflammés

Et de griffures d'épines : le chemin fut barré !

Situation qu’UBU n'aurait pas pu renier !!

Mais solution commode, dont la légalité

Nous parut contestable car aucun arrêté

Ne semblait émaner de quelque Autorité !

(Si Monsieur Courteline aujourd’hui revenait,

Il trouverait matière à de nouveaux pamphlets !)

 

Pour apprécier vraiment le côté ubuesque

D'une situation plutôt rocambolesque

Il est bon de savoir que ce même service

A pris sous son bonnet de nous serrer la vis

En refusant tout net de vouloir déplacer

Un petit mégalithe qui aurait protégé

L'accès handicapés aux logements loués

Du parcage incivil d'autos mal pilotées.

 

Pour pousser ce caillou de quelques centimètres

Le service technique a besoin d’une lettre

C’est pas de son ressort, il faut voir la Mairie !

C’est pire qu’un dédale pour trouver la sortie !

 

Je vous laisse apprécier l'opacité qui règne

Malgré l'air vivifiant faut pas croire que tout baigne !

Quand survient un problème guère plus gros qu'un oeuf

Selon que la demande émane d'un client

Un cochon de payant ou bien d’un commerçant

La demande est traitée sans crainte de l'outrance

Ou encore ignorée ! Complète indifférence !

 

2°- le parking handicapés devant Sumène

Un problème basique qu'on ne peut négliger :

La station a prévu, puisque c’est imposé,

Des places de parking pour les handicapés.

Elles sont disposées à gauche de la chaussée

Ce qui impose à tous la route à traverser !

L’hiver on a la neige, bitume verglacé,

Difficile aux fauteuils de pouvoir circuler,

De faire du slalom entre autos stationnées

Et plutôt mal que bien car parkings saturés !

 

Le conseil général, dans sa grande bonté,

Vient de faire construire un chemin adapté

Qui permet aux piétons de pouvoir circuler

Vers restaus et commerces, en toute sécurité.

 

Nous avons proposé juste un déplacement

Du parking réservé pour les handicapés

En le mettant à DROITE,  du côté des commerces.

Pour faire ce changement, il y a peu de frais ;

Quelques pots de peinture pour dessiner au sol

Les pictogrammes prévus GIG GIC,

Et le déplacement des panneaux adaptés

Pour parking réservé aux gens handicapés.

Et c’est là qu’on se heurte à une opacité

Qui prête à sourire, mais stupide à pleurer !

La mairie est d’accord pour ce déplacement,

C’est le syndicat mixte qui doit exécuter,

Mais ce service-là est sous l’autorité

Du président nommé qui ne reçoit pas d’ordre

D’la mairie concernée. La boucle est bouclée !

 

La Quadrature du cercle vient d’être démontrée !

Personne pour déplacer les panneaux adaptés !

Et pour les figurines sur le sol dessinées,

Faut deux pots de peinture : qui va donc les payer ?

 

On retrouve toujours l’éternelle question :

Qui fait quoi, qui commande au sein de la station ?

Y aura-t-il enfin un pilote dans l’avion ??

Complément du 12 décembre 

Un mois plus tard, toujours le grand silence ! 

Alors à notre maire, j’ai demandé audience. 

Elle est très favorable à ce petit projet, 

Elle n’a pas compétence ni simple autorité 

Pour dire au syndicat mixte « déplacez les panneaux ». 

En outre les places de parking pour les handicapés 

Sont gérées au niveau d’un service adapté ; 

C’est à la préfecture que je dois m’adresser,

« La commission spéciale d’accessibilité » 

Aussitôt je m’adresse à notre préfecture,

Pour suggérer la chose en ayant le souhait

Qu’on puisse mettre en place ce petit changement 

Avant la fin décembre pour tous les vacanciers.

 

Le lundi 3 décembre, c’est l’organisation 

D’une grande réunion de coordination. 

Une idée formidable dont le but affiché 

Est de permettre à tous d’être bien informés, 

Du rôle de chacun et des difficultés 

Techniques, administratives et surtout du budget. 

Le parking PMR est, bien sur, abordé : 

La difficulté administrative confirmée.

Nous patienterons donc puisque c’est obligé !

 

Vendredi 7 décembre, je reçois la réponse

De notre préfecture qui me dit clairement :

La DDT n’a pas de compétences 

Et elle n’a pas le droit de se substituer 

A la commune qui gère parking et voierie. 

Le dossier a été lu avec intérêt 

Car le service admet aussi le bien-fondé 

De mes propositions pour les handicapés.

  

En lisant ce courriel, je suis époustouflée. 

Regardez bien les dates et vous en déduirez 

Que depuis 8 semaines je me fais « balader » 

D’un service à un autre. La question est posée : 

Espère-t-on ainsi que je me lasserai ??? 

C’est bien mal me connaître ! 

Surtout à une époque où les facilités 

Fleurissent de partout pour les handicapés 

Qui ont droit comme nous à faire des projets ! 

 

Le lundi 10 décembre, j’ai encore adressé 

Un nouveau mail au maire de la communauté 

Et aux autorités qui semblent concernées.

C’est bientôt le 25 ; on peut donc espérer

Un cadeau de Noël pour les handicapés…

 

3°- la navette du rocher du cerf

Et enfin cet exemple qui démontre combien

La critique est aisée mais l’art est difficile !

Depuis plus de vingt ans, on offre aux vacanciers

La navette gratuite qui a pour qualité

De permettre aux touristes de pouvoir circuler

En laissant au garage l’auto enfin garée !

 

Sans aucun préavis, au milieu de l’été

Deux responsables ont brutalement décidé

De supprimer la navette qui dessert le ROCHER !

La route du rocher, petite et inclinée,

Est pour nombreux touristes pleine de difficultés !

La navette est un plus pour la sécurité !

Et d’un seul coup, d’un seul on veut la supprimer

Car elle coûte trop cher… Le budget est serré !

Cette navette là : 1% du budget !

La grosse économie : Belle mentalité !

Pour gagner 4 sous on va mettre en danger

La santé des marcheurs et l’accès des pompiers !

C’est d’autant plus stupide, que sur tous les papiers,

Dépliants sur station avec publicité,

On vante la navette gratuite du Lioran ! 

Il était temps de dire : attention au danger !

Grace à internet,  pétition est lancée,

Pour sensibiliser toutes les autorités,

Sur notre belle station, avec ses qualités,

Et ses points faibles aussi qui sont bien remarqués

Par les propriétaires et par les vacanciers !

Conclusion :

Si on veut aujourd’hui que la station progresse,

Faudrait faire des efforts, modèle Super Besse !

« Investir aujourd’hui pour récolter demain »

Deviendrait le credo de tous les Cantaliens,

Qui veulent éviter à ce Super- Lioran

De devenir fantôme pour nos futurs enfants.

Conclusion générale:

Ces trois petits exemples viennent corroborer,

Les incompréhensions et les difficultés

Auxquelles les résidents se trouvent confrontés

Dès qu’ils veulent exprimer le plus petit souhait,

Dont le but généreux est de faciliter

La vie des vacanciers et des handicapés.

 

Additif du 31 janvier 2013

Le feuilleton des panneaux de stationnement  et accès piétons & handicapés

Est-ce un jeu de piste ? Une course d’obstacles ?

Obtenir un panneau relève du miracle !

Depuis 2011, nous avons demandé

Poliment, par écrit, qu’on puisse améliorer

Le parking des autos au pied de la Sumène,

Avec des suggestions et deux ou trois idées,

Pour aider les piétons et les handicapés.

Septembre 2012 : on a recommencé

A faire des courriers pour les autorités !

Toujours sans résultat, et toujours le silence !

Puis le 4 janvier, nous avons vu le Maire

Afin de lui parler des modestes projets ;

Elle fera son possible afin de nous aider. 

Malgré de la patience, de la persévérance,

Rien ne bouge au Lioran, est-ce de la malchance ?

 Devant cette lenteur, en désespoir de cause,

Dès le 15 janvier, j’ai pris en main les choses ;

En attendant l’action de l’administration,

J’installe une pancarte, faite sur un carton !

Et surprise agréable, les automobilistes

Respectent le passage pour parking et piétons ! 

Avec l’aide de quelques messieurs très dévoués,

Nous avons installé une belle pancarte

Commandée par mes soins, payée de mes deniers :

132 € ! Une telle dépense, il faut bien l’avouer

Grèverait le budget de la communauté !!! 

Ce petit feuilleton aurait bien mérité

De faire les délices du canard enchaîné !

***** 

L'été 2014 est vraiment arrosé...
que d'eau , que d'eau, que d'eau !!!  Pouvons nous espérer
Que la facture d'eau qui sort du robinet
va devenir moins lourde pour nos pauvres budgets ???
En rangeant mes archives, je viens de retrouver
quelques lignes écrites en plein mois de juillet!
C'était en 2001.... Peu de choses ont changé ....

Nous sommes en Auvergne, au cœur du Pays Vert,

Où naissent les eaux pures qui sont toutes célèbres :

Volvic, Vichy et d’autres ; et au Super Lioran

Nous avons profité pendant quatre-vingts ans

D’une eau très bonne à boire et aussi très peu chère.

 Depuis que la Lyonnaise a repris la station,

Nous battons les records pour payer l’addition :

20 francs le mètre cube ! Mieux que Lyon ou Paris !

Et dans cette eau de source, on met de la chimie

Pour lutter, paraît-il  contre la pollution !

 Aussi nous vous prions de faire un effort,

Pour ne pas gaspiller une eau qui vaut de l’or !!!

En Auvergne on raconte que « un chou est un sou »

Mais une goutte d’eau vaut bien 36 sous !

 Notre dernier espoir : le passage à l’euro !

Si en convertissant nous perdons un zéro

Notre eau va nous paraître un poil plus raisonnable,

Et vous pourrez en mettre jusque sur votre table !

Si, par malheur, encore, elle vient à augmenter

On va être obligé de devoir consommer

La Volvic en bouteilles ou les alcools légers !!!!

Et si à un ami vous offrez l’apéro,

Vous payerez moins cher le Ricard que son eau !!!!!

rédigé le 25 juillet 2001

  • Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Commentaires

  • foussat ginette le liorana
    • 1. foussat ginette le liorana Le 02/11/2014
    merci du fond du cœur pour tout ce que vous faites pour notre chere station et un grand BRAVO pour ce tres joli poeme qui en dit long sur les difficultees que l on a a se faire entendre dans cette belle station . ginette d Ales
  • Josiane  Garrouste
    • 2. Josiane Garrouste Le 26/12/2012
    Je viens de découvrir ce poème , Magnifique poème .
    Merci pour ta determination et ton envie de redonner vie à notre station ce que nous désirons tous . bravo
  • BERTHELOT JOSEPH
    Bravo et merci pour tous ce que vous faites afin d'améliorer nos séjours ,ceux de nos locataires que cette station redevienne celle que nous avons tant aimée familiale, encore merci
  • CANDELON
    • 4. CANDELON Le 11/11/2012
    Bravo pour ce poême qui exprime avec élégance et finesse l'absurdité et l'opacité des rouages de notre système...
  • Victor Hugo
    • 5. Victor Hugo Le 29/10/2012
    Un Colonel qui pousse une gueulante en alexandrins, voilà qui devrait être étendu aux discours politiques, surtout en période d'élections !!!!!
    Bravooooo !
  • ALBARET-MADARAC
    • 6. ALBARET-MADARAC Le 29/10/2012
    Bravo, les propriétaires paraissent être les seuls à s'investir vraiment pour maintenir le charme de la station. J'ai moi-même bataillé ferme durant le second semestre 2011pour faire stopper et dégager, à Font d'Alagnon, les dépôts sauvages des résidus bituminés des travaux de voirie qui dénaturaient le site depuis des mois dans l'indifférence générale.
  • MaryP
    • 7. MaryP Le 29/10/2012
    Proprios de Sumène et autres du Lioran,
    Je souhaite bonne suite à ce joli poème !
    Que ces vers opportuns soient de ceux qu'on entend
    Et qu'on désigne un chef pour gérer le Domaine !

Ajouter un commentaire